EverEve


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rewan "Museau Fouineur" Dothig

Aller en bas 
AuteurMessage
Symphonie
E.V.E.
avatar

Nombre de messages : 367
Age : 31
Date d'inscription : 23/05/2005

MessageSujet: Rewan "Museau Fouineur" Dothig   Sam 28 Jan - 2:07

NOM : Dothig
PRENOM : Rewan
SURNOM : "Museau Fouineur"
RACE : Skaven (croisement homme et rat)
AGE : 22 ans
TAILLE : 1m53


EXPERIENCE
Accumulé :
Disponible :

NIVEAU DE SANTE
En-dessous de la moyenne


TRAITS
Force physique : Bas
Force mentale : Au-dessus de la moyenne
Agilité : Au-dessus de la moyenne
Résistance : En-dessous de la moyenne
Intelligence : Très élevée
Réflexes : Au-dessus de la moyenne
Charisme : Elevé
Perception : Au-dessus de la moyenne


Avantage d'hybride : Nyctalope
Inconvénient d'hybride : Sensibilité à la lumière


COMPETENCES
Corps-à-corps : En-dessous de la moyenne
Armes de jet : En-dessous de la moyenne
Armes à projectiles : Au-dessus de la moyenne
Athlétisme/Sport : En-dessous de la moyenne
Sciences : Elevé
Techniques : Elevé
Survie : Moyen
Conduite/Pilotage : Au-dessus de la moyenne
Discrétion : Au-dessus de la moyenne
Manipulation : Au-dessus de la moyenne
Médecine : Elevé
Premiers soins : Elevé
Art : Elevé
Pouvoirs psioniques : Moyen



EQUIPEMENT
Armes : Tazer
Armure :
Véhicule :
Divers : Lunettes de soleil épaisses, composants électroniques, drogue, petite bouteille d’alcool fort, cigarettes, briquet
Argent (compte en banque) : bloqué
Argent (cash) : 150 $
Vêtements : Toge noire, munie d’un capuchon, bottes de cuir simples, pantalon ample
Numéro de domicile : 10 9 23 56



DESCRIPTION DE REWAN DOTHIG: Le petit museau moustachu aux aguets, toujours frétillant de plaisir quand Belzedar projette un projet particulièrement lucratif ou lorsqu'il s'impatiente de voir enfin arriver son client dont il a pour mission de balancer des traîtres, le petit skaven est de constitution très frêle et ses petits jambes agiles mais faibles arrivent tout juste à supporte l'animal en position debout. Ses yeux noirs, perçants, qui semblent sillonner l'âme de son interlocuteur, brillent d'une malice et d'une intelligence très nettement supérieure à ses camarades humains et Belzedar n'est pas sans ignorer ses capacités de persuasion et de réflexion.

Habituellement habillé d'amples vêtements noirs, qui pourrait faire penser à une toge des temps anciens, cachent toutes sortes d'objets étranges dont on pourrait s'interroger quant à leur utilité, toutefois le malin petit rongeur y attache une certaine affection à ces petits bijoux de l'électronique qui commencent à devenir sérieusement usés et dont la fiabilité pourrait parfois être remise en doute. Lors des rares moments où l’hybride est obligé de se rendre de jour en surface, où la lumière est plus qu’omniprésente, il s’équipe de ses épaisse lunettes de soleil qui font plus penser à des lunettes de protection qu’aux véritables lunettes que tout le monde porterait pour avoir la classe ; ce n’est absolument pas ce que ce cherche le rat. En effet depuis qu’il est tout petit il rechigne à se rendre dehors en plein après-midi car il sentait non pas l’astre autour duquel tournent toutes les planètes caresser légèrement sa peau, l’emplir d’une chaleur réconfortante mais bel et bien le brûler et ses yeux voyaient de plus en plus troubles, tout devenait noir, malgré tout l’éclairage que procurait le Soleil. Il tomba même une fois dans les pommes, et il apprit depuis à prendre toutes les précautions nécessaires avant de s‘exposer à la lumière, telles que se couvrir presque intégralement le corps et surtout filtrer la lumière afin qu’elle ne vienne point altérer sa vision à jamais.

Ne tenant de l'homme que sa posture de bipède, sa capacité à communiquer avec les humains et sa vie au sein d'une ville cosmopolite, cet individu ressemble tout à fait à un rat, rien ne laisse transparaître son côté humain, que ce soit son pelage noir marron qui lui couvre tout le corps, son petit museau rose et ses deux incisives ou ses pattes griffues.

Belzedar est un individu adorant manigancer et manipuler tout le monde autour de lui. Toujours à la recherche d'une nouvelle substance à vendre ou d'un client à qui vendre toutes les informations que le rat accumule via ses contacts, il préfère vivre dans les strates inférieures de la ville où les possibilités de monter en puissance que ce soit économiquement ou bien politiquement, il y est également toujours possible d'agir dans l'ombre et de rester à l'écart des autorités qui ne seraient pas forcément d'accord sur toutes les activités du rongeur humanoïde.

Néanmoins son but principal et que peu, voire personne, ne connaît est de venger sa mère, seule personne qu’il ait jamais aimée, et dont la mort fut tout sauf justifiée.


HISTOIRE DE REWAN DOTHIG: La mère de Belzedar lui expliquait souvent lorsqu'il n'était encore qu'un tout petit souriceau que la vie était bien dur et que si les autres enfants ne l'acceptaient pas, c'est qu'il étaient jaloux de son intelligence. Seulement cela ne suffisait pas à rassurer le petit skaven, qui voyait tous les mois d'étranges hommes habillés bizarrement, vestes en cuir, arborant ostensiblement leur pistolet rouillé à la hanche, emmener sa mère, seule personne qu’il connut comme lui ressemblant le plus, à l'extérieur où ils la tapaient, tapaient, tapaient jusqu'à ce qu'elle tire de derrière son bureau des longs billets verts qu'elle remettait à ses agresseurs qui partaient alors. Alors sa maman s'enfermait dans sa chambre dont la porte n'était pas assez épaisse pour étouffer ses sanglots, peut-être même aucune porte ne pouvait réussir une telle épreuve.

Encore le petit ne comprenait rien à ceci, il pensait que ces personnes qui se rendaient chez lui étaient des collecteurs d'impôts, qui leur louaient l'appartement comme le lui disait sa mère. Martyrisé par ses camarades de classe, Belzedar s'en remettait aux études pour oublier. Il apprit rapidement à utiliser l'électronique pour se construire des jouets bien à lui, qu'il fabriquait à partir des pièces de métal rouillées qu'il trouvait dans les conteneurs à ordure, mine d'or bien ignorée de tous. Le rat alors devenu adolescent réussit brillamment dans ses études, où il commençait à être plus accepté par la société. Il remarqua que d'autres étranges humanoïdes le côtoyaient, ils ne tenaient pas, tout comme lui, de l'être humain qui dominait le monde mais plutôt des étranges créatures qu'il avait vu dans un livre et qui les désignait comme animaux. Lors d'un stage dans le lieu étrange qu'on appelait "nature", premier moment de sa vie que Belzedar sortit du secteur 14 où il avait toujours vécu, il avait rencontré auparavant ces "animaux" et avait tout de suite fait le rapprochement avec ces êtres. Il fit alors partie d'une sorte de club qui regroupait ces hybrides où ils étudiaient chaque jour l'animal à la base d'une des personnes du club. C'est ainsi qu'il découvrit que les "chats" et les "chiens" étaient domestiqués par les hommes qui les traitaient plus comme des jouets que comme des êtres vivants à part entière et que les Anciens enfermaient des "animaux" soi-disant pour que les gens découvrent ces êtres. Si on leur avait posé la question, ces créatures auraient sûrement préféré rester dans l'anonymat et recouvrir leur liberté.

Sa vie ne se passait pas trop mal jusqu'à ce que ce terrible jour arrive, l’adulte de 22 ans avait remarqué la détresse de sa mère depuis quelques temps. Les hommes en veste de cuir ne venaient plus, on leur avait coupé le courant, il mangeaient de moins en moins, … Ce jour-là, alors qu’ils mangeaient une fois encore du pain étrangement dur, encore plus que chaque jour précédent, des officiers qui étaient censés représenter l’autorité, disait-on, firent irruption dans l’appartement, braquèrent leurs fusils sur ses deux occupants et emmenèrent la pauvre rate dans leur véhicule, un fourgon qui aurait très bien pu passer pour un tank au vu de l’épaisseur de ses parois. Belzedar se précipita à l’extérieur, pleurant, ignorant encore le sort que ces soi-disant policiers réservaient à sa mère. Il passa la nuit, dans la chambre de cette dernière, sans jamais fermer l’œil, regardant sa table de nuit, le photo qui y trônait où lui-même, probablement âgé de quatre ou cinq ans, et sa mère posaient, heureux, devant leur petit appartement si mignon, si joli avec le peinture blanche que l’on venait d’y appliquer. L’appartement était désormais gris, morne, et plus rien ne donnait envie d’y vivre. Le rat s’assoupissait parfois, et son esprit devenait alors tourmenté d’horribles images de sa mère ensanglantée, dans le fond d’une geôle, immobile, pâle …

Le matin vint et la nouvelle ne se fit pas attendre : on venait de démasquer, enfin, l’assassin de l’intendant général de la DataDyne Corporation, retrouvé égorgé quelques jours auparavant. On précisa même parfois l’assassine, si tenté que l’on puisse « donner à ces bêtes un semblant d’humanité » disait le journaliste sur le programme d’information des téléphone portable. Belzedar jeta un coup d’œil sur le sien et là, devant ses yeux apparaissait l’image de sa mère, défigurée, son visage n’arborait pas le léger sourire réservé qu’elle lui adressait toujours, mais toute sa figure montrait une tristesse sans précédent, comme si, par l’intermédiaire des millions de pixels qui composaient son écran tactile, elle disait à son fils : « Adieu » Le jugement fut rapide et expéditif, toutes les preuves se mettaient d’accord sur le culpabilité de sa mère hybride, on évoquait par ailleurs la nature instable de ces croisements humains et animaux qui « sont un risque qu’encourt la société de garder de telles créatures dans notre société » déclara l,

Tout de suite on le reconnut dans la rue, et une voix au loin criait « Voilà le fils de l’assassin ! A mort le rat ! ». Ceux qu’il croyait être ses amis disparurent subitement, laissant derrière eux des répondeurs téléphoniques et des boîtes aux lettres vides. Très vite on le vira de son institut d’Electronique Avancée Appliquée à la Cybernétique, prétextant de trop mauvais résultats et une attitude ne correspondant pas à l’image de l’école. Sa carte bancaire l’informait d’un compte dont il avait dépassé le seuil de découvert, alors qu’il venait d’y déposer un chèque, le dernier que sa mère lui laissa, il retrouva son appartement cambriolé deux fois alors qu’il rentrait d’entretiens d’embauche refusée. Belzedar ne pouvait plus vivre comme ça. Il avait promis à sa mère un jour où elle déprimait : « Je te promets, Maman, que je ferai honneur à notre nom, que je réussisse dans chaque aspect de ma vie, et que tu seras fière de moi, où que tu sois ». Il était temps de reprendre sa vie en main, de partir loin, très loin, de vivre dans un autre secteur où il obtiendrait une nouvelle identité, commencerait des nouvelles études et une nouvelle vie. Seulement le rat ne connaissait absolument aucun autre secteur que celui dans lequel il avait toujours vécu, le numéro 14, dirigé par DataDyne Corporation, où il ne souhaitait plus jamais remettre les pieds. Il se dirigea dans le secteur numéro 10, pensant trouver là un boulot où ses compétences pourraient être mises à profit, tout en se faisant le plus discret possible : s’il quittait l’endroit dans lequel il avait toujours vécu, ce n’était pas pour se rendre dans un autre enfer où, une fois de plus, on le reconnaîtrait et où vivre lui serait impossible. Il lui fallait trouver un appartement ou tout autre lieu à partir duquel il pourrait, petit à petit, reconstruire sa vie. Après quelques recherches, il trouva tout à fait ce qu’il lui convenait : un appartement tout ce qu’il y avait de plus simple, ni trop petit ni trop grand, au loyer plus que convenable. Belzedar se rendit donc sur les lieux pour son rendez-vous avec le propriétaire qui avait bien accepté de les lui louer. Il attendit à la porte, pas d’âme qui vive à l’intérieur de l’immeuble et la personne qui l’attendait ne venait pas. Le skaven toqua à la porte et sa grande surprise celle-ci s’ouvrit toute seule, dévoilant son futur lieu de résidence. Sur la table se trouvaient le passe de l’appartement, un portefeuille contenant des papiers d’identité sous le nom de Rewan Dothig, simple étudiant en Electronique d’un niveau avancé, de son âge et dont la description physique collait parfaitement. Il y avait également un permis de conduire paraissant tout à fait officiel et une carte de crédit sous son nouveau nom. Le désormais Rewan cherchait une personne à remercier, mais l'endroit était toujours aussi vide...

L’hybride s’affala sur le canapé, songeant à retrouver un travail car il ne pensait pas être capable de reprendre des études après d’aussi sombres événements, d’autant qu’il ne pensait pas pouvoir en apprendre bien plus avec la théorie.
En tout cas, il nourissait secrètement l'espoir de démasquer les coupables qui avaient enlevé sa mère et l'avaient fait passer pour une meurtrière...

_________________
Symphonie, admin et MJ en chef, "Sy" pour les intimes.
Keep on spreading the .Enetic code
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rewan "Museau Fouineur" Dothig
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Blisters "Artizan Design" pour RoE
» [LEGO] Coup de coeur"metal sonic"
» Bureau de " Mnémosyne " ( de N à Z )
» "RSS Full" service is not working!?
» Quelques "Case Blue" chez MMP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EverEve :: Section RP :: Fiches de personnage-
Sauter vers: